19/11/2018  |  5077 chroniques, 166 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/11/2018 à 19:40:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Les Sensations D'Esfacy - samedi 19 juillet

2003

22-Pistepirkko

Esfacy (France)
Depuis dix ans, le festival Les Sensations d’Esfacy permet de découvrir des groupes venant d’horizons différents dans une atmosphère conviviale et champêtre. L’édition 2003 n’a pas fait exception à la règle en permettant au public de savourer au milieu d’une programmation variée l’une des deux dates estivales (avec celle des Vieilles Charrues) de l’extraordinaire groupe finlandais, 22-Pistepirkko.

La dernière fois qu’on avait vu cet iconoclaste trio sur scène, le 7 novembre 1993 au Forum Rexy de Riom (63), on avait quitté la salle complètement conquis par sa prestation. Dix ans plus tard, rien n’a changé et c’est tant mieux… Les trois hommes venus du froid se plaisent toujours à mélanger dans leur musique des passages blues avec des riffs de guitare rock ‘n roll sur des rythmes électroniques et des parties de claviers délicieusement rétro. La voix du géant chanteur/guitariste est toujours aussi particulière : à la fois aiguë, inquiétante et enfantine… Celle du batteur est, elle, plus grave et permet à celui-ci de chanter des ballades apocalyptiques sur un ton morne et désabusé. Ces Finlandais donnent donc à entendre une musique protéiforme et très originale.
Afin de promouvoir les deux C.D. de la première compilation du groupe, The nature of 22-Pistepirkko, le groupe a joué des titres extraits de sa pléthorique discographie inaugurée en 1984. Le public composé pour moitié de fans inconditionnels et de curieux ne connaissant pas encore le groupe a pu apprécier les atmosphères surprenantes et changeantes distillées par les très peu loquaces Finlandais.

Saisis d’entrée par un blues lancinant chanté par le batteur accroupi sur le devant de la scène, on est ensuite électrisés par un garage rock ponctué d’interventions guitaristiques tranchantes sur un I never said au texte virulent. Plus tard, l’électro rock tribal de Onion soup ou Texacoson remue dangereusement. Pour finir, une touchante ballade simplement jouée à la guitare, Coffee girl, sidère par sa sombre beauté. L’unique rappel sera l’occasion de dire au revoir à 22-Pistepirkko, un groupe totalement à part sur la scène rock et qui mérite à ce titre d’être découvert…


www.inforockauvergne.com/esfacy.html
www.22-pistepirkko.net

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 20/07/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire