23/11/2017  |  4913 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/11/2017 à 15:26:04
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Printemps de Bourges - samedi 24 avril

2004

Polmo Polpo, Elizabeth Anka Vajagic, Hangedup

Bourges, Théâtre Jacques Coeur (France)

du : 20
au : 25 avril 2004
Un an après avoir vu à l’œuvre Hangedup en première partie des immenses Godspeed You Black Emperor !, la soirée Constellation organisée au Palais Jacques Cœur lors du Printemps de Bourges a prouvé une nouvelle fois que le label canadien est un incroyable vivier de talents ultra originaux.

Avant la remarquable prestation finale de leur duo Hangedup, la violoniste Geneviève Heistek et le batteur Eric Craven s’étaient mis à la disposition de Polmo Polpo et Elizabeth Anka Vajagic, une chose devenue trop rare dans les festivals où tout le monde joue perso, empoche le pognon et repars faire la même chose ailleurs… Le set de Polmo Polpo a permis de plonger dans une univers pluridimensionnel en seulement quelques minutes. Le chant étranglé de Sandro Perri, son jeu de guitare fascinant (il joue puis crée des boucles aussi spatiales que surprenantes), la cohésion du groupe qui déconstruit mais se retrouve toujours sur ses pattes, tout concourt à la création d’un long requiem sonique aux vertus hallucinogènes. A la fin du set, on ne sait plus où on se trouve, perdu dans des pensées musicales loin des rivages de la musique conventionelle.

Et ce n’est pas Elizabeth Anka Vajagic qui va nous faire retrouver le plancher des vaches avec ses morceaux chantés d’une voix grave torturée évoquant la grande Nico. Là aussi, les musiciens rivalisent d’inventivité pour créer des longues pièces post rock teintés par les influences de la folk music et du blues ; l’auditeur prend plaisir à s’abandonner au gré de ces boucles soniques tortueuses et extraterrestres. On se donne corps et âme à cette musique, et quand vient l’heure du rappel en solo - avec pour seuls atouts une voix et une guitare - Elizabeth Anka Vajagic réussit à faire couler des larmes de bonheur avec un morceau d’une insondable tristesse… Magique !

Ce délicieux moment se prolonge avec la prestation d’Hangedup qui permet de voir s’entrechoquer violemment le violon gorgé d’effets de Geneviève et la batterie bruitiste d’Eric. Comme sur son indispensable album Kicker in tow, le duo réussit à provoquer de nombreuses montées en puissance aboutissant à de longs orgasmes soniques. On a parfois l’impression qu’il y a une guitare et plusieurs batteurs car les sons sont déformés et produits à partir de zones inexplorées des instruments. Finalement, le bassiste de Polmo Polpo vient jouer avec ses deux acolytes et contribue à la création d’un morceau puissant, aventureux et jouissif. Le public - qui semble avoir passé une soirée de rêve - ne peut qu’applaudir à deux mains devant une telle démonstration de classe en trois actes.


www.cstrecords.com


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 29/04/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire