23/09/2018  |  5048 chroniques, 165 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2018 à 11:27:57
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Les Indépendances de Sédières - samedi 12 juin

2004

Carlosound, Marshmallow, K6, Kaolin

Château de Sédières, Clergoux (France)
Je situe pour ceux qui n’auraient pas encore approché cet endroit idyllique : après la traversée d’une jolie forêt, vous arrivez aux dépendances du château de Sédières, anciennes granges et écuries, qui servent de haut lieu culturel corrézien. Merci Jacquot. Cette année, point de Hallyday pour le festival, mais une programmation plutôt fameuse, du 22 au 26 juillet (Feist, The Streets, I Monster…). Pour ouvrir le bal, le festival commence avec un tremplin pop-rock : les Indépendances.
Pour cette soirée du samedi, 3 groupes corréziens en compétition et Kaolin en « tête d’affiche ». Disons pour faire vite que Kaolin a un bon son, de bons morceaux, mais à la limite est-il préférable de les entendre pendant la balance, car c’est plus expérimental et donc moins formaté… Je passerai aussi rapidement sur K6 car j’étais à la buvette.
Reste donc Carlosound et Marshmallow, ces 2 groupes résumant parfaitement le meilleur de l’héritage de nos dernières décennies.
Pour Marshmallow, c’est évidemment du côté de la fin des 60's qu’il faut se pencher. Prendre un peu de hauteur, se laisser ensuite retomber comme une fleur dans la pelouse bleue de ces amis à la croisée des chemins du garage psyché et des french songs à la Polnareff. Beaucoup d’humour, de simplicité et de charisme pour ce groupe qui sort un deuxième LP à la rentrée et qui a même un site de groupies ! Et me revient en tête ce titre des GaëlicGarder les cheveux longs !
Point de cheveux longs, ni de chauves d’ailleurs, chez Carlosound, qui ce soir, et malgré les pantalons excentriques des Marshmallow, détiennent la palme de la créativité (ils auront par ailleurs gagné un enregistrement studio à l’issu du tremplin). Une fille à la basse avec une ligne très Cure, de la vidéo sur scène avec des extraits à la fois graphiques et expérimentaux, et un mélange pop/post-rock couplé de samples et de claviers tripants (glaçant Sympathy in death)…Mélangez avec un batteur et 2 guitaristes fans des Boo Radleys et de Mogwaï… et le public est la première victime de ce mélange subtil entre des couleurs froides et des couleurs chaudes… Son sang parfois se glace, oscillant entre le rouge des montées en puissance et le bleu des moments étirés laissés en suspens de façon quasi-hypnotique…


kaolin-lesite.artistes.universalmusic.fr/
www.carlosound.com/
marshmallow.9online.fr/

auteur : Dj Les Filles - djlesfilles@foutraque.com
chronique publiée le 15/06/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire