27/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique film
Tu marcheras sur l'eau

Eytan Fox
Israël - 2004
scénario : Gal Uchovsky
avec : Lior Louie Ashkenazi, Knut Berger, Carolina Peters, Gidon Shermer...
durée : 1h44
(ce film sortira en salles le 5 janvier 2005)

Il est toujours très plaisant de découvrir une œuvre sans qu’aucun parasite ne viennent entamer la virginité du regard…
C’est une règle fondamentale, que malheureusement la plupart des chroniqueurs professionnels violent par excès d’informations et par manque de naïveté.
Ce préambule n’est qu’un fallacieux prétexte pour dire tout le bien que je pense du troisième long-métrage d’Eytan Fox.
Ce film est de prime abord très similaire, par la démonstration de force des services secrets Israéliens (le Mossad) – élimination directe de terroristes, manipulation et renseignements-, au film d’Eric Rochand Les patriotes. Cette ressemblance s’arrête là, car là où Rochand décortiquait avec une minutie proche du documentaire les arcanes du fonctionnement du Mossad, Eytan Fox utilise un fait divers atypique comme canevas narratif.
Comme une bonne partie de la seconde génération des rescapés de la « Shoah », le cinéaste filme sa jeunesse avec un esprit cathartique mais sans jamais tomber dans le pathos. Des thèmes récurrents comme le sens de la patrie, le sacrifice, le pardon et la tolérance sont mis en confrontation et trouvent souvent dans l’humour une issue inédite.
Evidemment, certains traits de caractère ou certaines scènes pourront être considérés comme caricaturaux (la confrontation entre le palestinien et le juif…), mais c’est l’histoire qui prend toujours le pas de notre réflexion et nous offre de nouvelles perspectives.
Ce film, qui a pris 6 ans (c’est très long !..) à naître, illustre avec beaucoup d’acuité les atermoiements de la jeunesse israélienne tiraillée par le désir du plaisir et celui de servir ou mourir pour la patrie.
L’ambivalence du héros Eyal (agent secret du Mossad) et de sa proximité affective avec Axel (son alter-ego ?...) donne au film de grands moments de poésie avec une discussion croustillante sur les rapports homo-hérérosexuels. Cette analyse des rapports culturels et sexuels le rapprochera sans nul doute du talentueux Alan Ball, créateur de la magnifique série Six Feet Under et co-scénariste d’American Beauty de Sam Mendes.
Il va sans dire que ce film méritera plus qu’un regard amusé sur son affiche.


www.iddistribution.com

auteur : Poplunaire - poplunaire@foutraque.com
chronique publiée le 24/11/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire