26/02/2020  |  5315 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 26/02/2020 à 12:16:24
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique film
The Edukators

Hans Weingartner
Allemagne - 2003
scénario : Hans Weingartner & Katharina Held
avec : Daniel Brühl, Julia Jentsch, Stipe Erceg...
durée : 2h07
(Sortie le 2 février 2005)

Jan (Daniel Brühl) et Peter (Stipe Erceg) se connaissent depuis plus de 15 ans et ils sont comme larrons en foire dés qu’il s’agit de faire les 400 coups.
Leur activité principale est nocturne et plutôt obscure, puisqu’ils s’introduisent de façon illégale dans de riches villas momentanément inhabitées pour les mettre sans dessus dessous, mais sans rien dérober et en laissant un laconique message écrit : « Le temps des vaches grasses vous est compté… ».
Jule (Julia Jeutsch) ne sait plus où donner de la tête ; entre un loyer qu’elle ne peut plus payer et un minable job de serveuse de resto chic, elle trouve refuge dans les bras de Peter et ne tarde pas à tomber amoureuse de Jan...
Le réalisateur Hans Weingartner -dont c'est déjà le second long-métrage, le précédent s'intitulait Bruit Blanc en 2002- a entièrement filmé en digital, avec une équipe de tournage réduite et sans éclairage artificiel, pour privilégier la liberté de mouvement et mieux coller au rythme des pérégrinations houleuses et pleines de suspens de ce trio amoureux.
Avoir 20 ans, aspirer à la Liberté (laquelle ?…), donner du sens à sa vie ; telles sont les problématiques existentielles que doivent résoudre les « héros » dont l'idéologie de rébellion non-violente et poétique (dixit le réalisateur) semble être le seul et unique viatique.
Même si la volonté (idéologique ?) du cinéaste est de provoquer l’individu et donc le spectateur dans une introspection existentielle, il tombe parfois dans le discours manichéen et moralisateur.
Malgré tout, le film est porté par un casting du tonnerre et par une mise en scène sobre et alerte.
Le trio composé par Daniel Brühl (qu’on a aperçu dans Goodbye Lenin), de Stipe Erceg et de Julia Jeutsch est délicieux et plein de charme dans ce chassé-croisé amoureux enclin aux atermoiements terroristes.
Le huis-clos dans les Alpes Autrichiennes est parfait de sobriété et de justesse, contrastant avec la magnificence des paysages. Le trio fait un brin penser au film de Truffaut Jules et Jim ; la comparaison s’arrêtant à la connivence des 3 acteurs.
Entre déception, idéal et espoir, The Edukators ne réussira certes pas à révolutionner l’individu mais aura l’immense mérite de provoquer interrogation et malaise sur le sens que l’on donne à notre vie… éternel problème !


auteur : Poplunaire - poplunaire@foutraque.com
chronique publiée le 19/01/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire