28/07/2017  |  4850 chroniques, 161 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 26/07/2017 à 16:53:20
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique film
Le Caïman

Nanni Moretti
Italie - 2006
scénario : Nanni Moretti, Francesco Piccolo, Federica Pontremoli
avec : Silvio Orlando, Margherita Buy, Daniele Rampello, Nanni Moretti
durée : 1h52
Qui mieux que Nanni Moretti aurait pu faire un film sur Berlusconi, lui qui, pendant quatre ans, a milité jour et nuit contre un gouvernement italien prenant au fil des années des airs de totalitarisme démesuré ? Synthèse de ces années de luttes, Le Caïman marque le grand retour du réalisateur italien derrière la caméra pour un cinéma moins autobiographique et plus ouvertement politique, mêlant tout à la fois fiction et réalité autour du pouvoir et de ses abus.

Ayant tout sa vie produit de grands navets (Maciste contre Freud, Les Mocassins assassins) Bruno Bonomo est un producteur au bout du rouleau qui se voit contraint de faire un ultime film (Le retour de Christophe Colomb) sous peine de fermer définitivement son studio de cinéma. Entreprise hautement périlleuse sans réel argent, Bruno va pourtant tout faire pour que son film en costume puisse exister avant de définitivement lâcher prise après le départ de son réalisateur et plus tard de ses financiers. Au bord du gouffre, Bruno se rattache à un scénario donné par Teresa, une jeune réalisatrice, dont le plus grand souhait serait de faire un film sur la vie mouvementée et mystérieuse de Berlusconi. De prime abord rétiscent au projet, Bruno va peu à peu lancer le film envers et contre tous, réussissant à trouver financiers et acteurs autour de ce pari un peu fou : s’attaquer à l’une des figures les plus controversées de l’Italie moderne.

Retour flamboyant, Le Caïman est le reflet de l’Italie berlusconienne au travers de la vie de son personnage principal et de sa lente déchéance, tant professionnelle (faillite de ses studios, perte de ses acteurs…), que personnelle (divorce, folie passagère…). L’image est d’autant plus poignante qu’elle se fait le reflet d’un dialogue révélateur entre Bruno et son financier polonais où ce dernier expose sa vision d'une Italie d'opérette, sans cesse en train de creuser sa propre tombe, toujours plus profonde. Le rôle du croquemitaine est bien entendu tenu par Silvio Berlusconi dont chaque acte ou déclaration nous étonne et nous glace le sang, tant "Il cavaliere" va loin, n’hésitant pas à fustiger la justice lors de son procès ou à traiter de nazi l’un des députés européens. Autant de dérapages que Nanni Moretti montre avec le recul nécessaire à toute critique. La dernière scène est à ce titre exemplaire de sobriété, laissant place uniquement aux déclarations tonitruantes d’un Berlusconi acteur -grandiloquent- de son propre rôle. Malgré tout, le film n’est pas exclusivement une charge contre l’ancien gouvernement italien mais aussi une comédie sociale, où le spectateur s’amuse et rit, malgré les soucis de la vie. Le Caïman est donc un grand film, simple et brillant !


www.caiman-lefilm.com

auteur : DrBou - drbou31@hotmail.com
chronique publiée le 28/05/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire