15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Live

Gene
ILC / Import - 2004
«A l’époque, je ne voulais pas qu’on se moque, j’ai mis de l’électronique dans les rythmiques…»  Commencer un article consacré au DVD Live de Gene par un extrait de la chanson Rock Critique d’Arnaud Fleurent-Didier (émérite «singer-songwriter» parisien) pourrait paraître quelque-peu incongru, mais en fait, pas tant que ça, si on y regarde de plus près… Car, en effet, si on essaye d’expliquer l’ostracisme dont a été victime le gang britannique à partir de son second album, Drawn To The Deep End paru en 1997, c’est sans doute vers l’électronique que l’on pourra trouver un début de réponse… Dans la seconde moitié des «nineties», il ne faisait pas bon de dévier de la ligne officielle, édictée par les critiques/apparatchiks de la «Pravda-musicale», et il était bien vu de laisser tomber ses aspirations pop-rock pour un brin de «modernisme», c’est à dire des machines, des samples, des «blips» et des boucles… Comme nos 4 Anglais ont eu l’outrecuidance de passer outre, et ont poursuivi dans la lignée de leur élégant et sublime premier disque Olympian (1995), le verdict fut sans appel: le bannissement à vie… Quand on se remémore tous ces groupes un brin pathétiques qui ont perdu toute crédibilité à vouloir s’«amarrer au wagon» (au hasard, l’album Faux Mouvement d’Autour de Lucie), on se dit que Gene aura eu le mérite de garder son âme jusqu’au bout…
Soit, ces considérations nostalgiques et un brin amères (je l’avoue volontiers…) étant dites, passons à autre chose…

Le 16 décembre dernier, à l'Astoria de Londres, Gene donnait le dernier concert de sa carrière, clôturant ainsi un parcours musical long d’une dizaine d’années… Précédemment, la bande de Martin Rossiter (chant) avait tenté l’aventure d’une carrière américaine pour promouvoir leurs 2 derniers Lps, Revelations (1999) et Libertine (2001), sans trop de succès… De ce périple au pays de l’Oncle Sam reste le très beau live Rising For Sunset (2000), enregistré au Troubadour de Los Angeles, et qui se décline en CD-audio et DVD.

Mais le plus beau cadeau de départ que Gene pouvait offrir à ses fans (outre le tout dernier single Let Me Move On), c’est sans nul doute ce DVD Live, où il se montre au sommet de son art, héritier légitime de tout un pan de la culture musicale anglaise, de Paul Weller aux Smiths, en passant par les Small Faces. Enregistré à Sheffield lors de la dernière tournée, ce concert a bénéficié de moyens d’enregistrement très conséquents, et le format «plein écran» (pour ceux qui bénéficient d’une télé 16/9ème) accouplé au son 5.1 permettent une immersion totale, un vrai plaisir visuel et auditif. D’Olympian et sa montée ensorceleuse, à la sublime version piano-voix de Let Me Move On, en passant par les «tubesques» Haunted By You, Fighting Fit et Walking In The Shallows, Mason, Miles, James & Rossiter nous offrent une prestation mémorable, nous faisant encore plus regretter leur récente séparation… Wait & see.

Conseil : Comme ce DVD n’est disponible qu’en import, je vous conseille de faire comme moi, et de vous le procurer sur le site www.amazon.uk. Le prix est vraiment très abordable et la livraison se fait en quelques jours…


www.olympians-online.co.uk
www.genemusic.com

auteur : Olivier Marin - olivier.marin@foutraque.com
chronique publiée le 24/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire