20/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Jeanne Cherhal à la Cigale

Jeanne Cherhal
tôt Ou tard / Vf Musiques - 2005
Parmi toutes les chanteuses apparues ces dernières années dans le domaine de la «nouvelle chanson française», Jeanne Cherhal est sans doute la plus attachante, la plus douée… Lors de son passage l’an passé, à la Fnac-Wilson de Toulouse, pour un «showcase» en compagnie de Vincent Delerm et Albin de la Simone, j’avais pu mesurer à quel point sa «malice» de gamine, son côté espiègle faisaient merveille auprès du public. Pourtant, on pourrait croire que ses histoires de «bonnes femmes» (comme Un couple normal, que Jeanne a écrite pour faire «réagir» une de ses amies sur sa «triste» vie sentimentale) sensibilisent uniquement la «gente féminine», laissant les hommes de marbre, plus occupés que nous sommes à parler «tuning» et football (…)

Même pas… Nous aussi on se laisse avoir par ces petites histoires de «trois fois rien», ces tranches de vie banales et quotidiennes, que Jeanne parvient à transcender, à rendre poétiques et surréalistes : Super 8 et Ca sent le sapin, dont les thématiques «mortuaires» pourraient presque inspirer le scénariste Alan Ball pour sa série Six Feet Under (dont Jeanne est une fervente admiratrice) ; Roller, où elle nous conte le dur labeur professionnel de sa petit sœur, arpentant les rayons d’un supermarché pour «gagner sa croûte»… Sans parler du Petit Voisin et ses sales manies d’étudiant «glandeur», qui rappellera pas mal de souvenirs à certains d’entre-nous !
Bref, Jeanne Cherhal est un «univers» en soi, où la «joie de vivre douce-amère» des films italiens des années 60/70 côtoie un regard incisif et caustique sur ses contemporains…


(Photo : Pol Boussaguet)

Et la meilleure manière d’appréhender cet univers, c’est par son versant «en concert», où Jeanne donne la pleine mesure de son talent. Enregistré le 13 novembre 2004, Jeanne à la Cigale est le premier DVD live de la demoiselle. Derrière son piano ou sa «grosse basse», et avec le soutien d’Eric Löhrer (guitare/basse), Ibrahim Maalouf (trompette) et Vincent Segal (violoncelle), elle livre 19 titres comme autant de comptines, 19 titres où la chanson française retrouve toute ses couleurs. Niveau «technique», on fait dans la simplicité, et l’image 16/9ème accouplée au son stéréo se montrent largement suffisants… Si on ajoute en bonus, 2 duos enregistrés avec la complicité de Jacques Higelin, et 2 titres de la «Cigale 2003» (où elle assurait la première partie de Thomas Fersen), Jeanne à la Cigale a tous les atouts pour séduire…les hommes, comme les femmes (!).


jeannecherhal.220v.org
www.totoutard.com/artistes.php?idArtiste=cherhal

auteur : Olivier Marin - olivier.marin@foutraque.com
chronique publiée le 27/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire