06/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Listening to you - Live at The Isle of Wight Festival 1970

The Who
Warner Music Vision - 1996
Le dimanche 30 août 1970, à 2 heures du matin, les Who montent sur la scène du premier grand festival européen (fréquentation estimée : 600 000 personnes) organisé sur l’Ile de Wight, en Angleterre. Quasiment à domicile, John Entwistle (bassiste discrètement indispensable), Keith Moon (batteur follement impressionnant), Roger Daltrey (chanteur aux cordes vocales rocailleuses) et Pete Townshend (guitariste acrobate, songwriter brillant et vocaliste enthousiaste) se lancent alors dans un set d’anthologie en dynamitant méthodiquement leur répertoire.
Ce dvd présente les meilleurs moments de cette prestation mémorable irrémédiablement marquée par son époque, le début des années 70. Voici le contexte : le public a l’air ahuri (à force de faire tourner les joints et autres produits), il porte le cheveu long et la veste en peau de bête près du corps, la scène parait minuscule pour qui fréquente les festivals actuels, l’accoutrement de Roger Daltrey - typiquement seventies - est hautement risible (une énorme touffe de poils permanentés habillée avec un gilet à longues lanières, ce genre de choses farouchement déconseillées par Karl Lagerfeld… ), et enfin, le groupe peut étirer sa performance à sa convenance en jouant son concept album Tommy : on est bien loin du minutage des shows pratiqué en 2005 dans les festivals.
Ce concert est une des nombreuses occasions où les Who (et leur guitariste monté sur ressorts, Pete Towshend) ont tenté de concurrencer une tornade scénique nommée Jimi Hendrix (qui donnera au même endroit le lendemain son dernier concert). Aussi, après une arrivée au pas de course, le groupe ne ménage pas sa peine, et particulièrement Keith et Pete, les deux « malades » des Who qui semblent s’entendre à merveille… Keith Moon, avec son regard possédé, défonce sa batterie à grands renforts de roulements et autres coups aussi secs que précis et démonstratifs, tandis que son acolyte Pete enchaîne les riffs joués en faisant de grand moulinets (Can’t explain, Magic bus, Shakin’ all over de Johnny Kidd, Summertime blues d’Eddie Cochran, Twist and shout des Beatles etc etc), les solos free et les larsens cradingues. Les morceaux des Who, à la fois joliment pop, totalement rhythm and blues et furieusement rock, subissent ce traitement de choc sans broncher, c'est-à-dire en gardant leurs vertus hymnesques (My generation, Pinball wizard) et émouvantes (Tommy can you hear me ?). Rien d’étonnant donc à ce que les Who aient inspiré nombre de combos rock avec des concerts aussi percutants et des disques aussi foisonnants…


www.petetownshend.co.uk/

auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 07/08/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire