06/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Last Show : Oct. 31 '05

Rocket From The Crypt
Swami Records - 2006
Parce qu'on ne les reverra jamais sur scène.
Parce qu'on ne pouvait pas être avec eux ce soir-là.
Parce qu'ils furent pendant 15 ans les défenseurs inlassables d'une certaine idée du rock US.
Parce qu'ils représentent tout ce que devrait être un groupe sur le plan de l'intégrité humaine et musicale.
Parce qu'ils sont les héros maudits d'une époque où l'intensité et l'authenticité ne sont pas des valeurs exploitables dans le grand marché de la musique.
Parce qu'ils resteront dans nos mémoires comme l'une des plus grandes expériences qu'on puisse vivre en live, comme s'en souviennent ceux qui assistèrent au trop rares concerts qu'ils donnèrent en France.

Pour toutes ces raisons là, le DVD qui vient de sortir est à déconseiller à tous ceux qui pensent que le rock a eu besoin des Strokes pour renaître. Il est aussi à éviter par ceux qui croient que Jon Spencer est le dernier grand prophète du Rock n' Roll.

N'achetez pas ce DVD, vous perdriez vos certitudes.
N'achetez pas ce DVD, il est mal filmé et on y voit un groupe de mecs sympas jouer avec plaisir pour son public, en balançant une tonne de superbes chansons.

Attention cependant si vous veniez à découvrir le combo légendaire de San Diego en visionnant ces images, vous pourriez éprouver de lourds regrets et un sentiment d'être passé à côté de quelque chose de grand. Et ça, je ne vous le souhaite évidemment pas.

Formés à la fin des années 1990, Rocket From The Crypt a choisi de mettre fin à son parcours le soir d'Halloween 2005, trois jours après avoir partagé l'affiche avec Gluecifer (lors du dernier concert des scandinaves) au cours d'un concert organisé par Little Steven à New York. Devant une foule de fans venus du monde entier (Allemagne, Japon, Australie, …), c'est donc à l'occasion d'une grande party (pour reprendre les termes du groupe) que RFTC a fait ses adieux.

Retracée dans ce DVD (exclusivement disponible sur le site merchlackey.com), cette soirée mémorable montre un groupe en grande forme, comparable à celui qu'on vit lors d'une magnifique nuit parisienne (à La Boule Noire), à l'occasion de leur dernier passage dans notre contrée pour défendre l'excellent album «Group Sounds».

S'ouvrant sur un montage vidéo (retraçant le parcours du groupe) puis un diaporama de tatouages RFTC (tous les fans en ayant un pouvaient entrer gratuitement!), le DVD s'attache à montrer la ferveur de la salle et fait monter la pression jusqu'à l'entrée du groupe sur scène.

Rendant hommage à Screaming Jay Hawkins, le groupe se présente alors sur les planches habillé dans l'esprit des costumes de scène qu'affectionnait le regretté hurleur du Blues. Bientôt résonnent les notes de «I Put A Spell On You», rythmées par les cuivres d'Apollo 9 (sax) et JC 2000 (trompette). C'est dans cette ambiance qu'un chariot mortuaire traverse le public, d'où sort bientôt Speedo (également membre des Hot Snakes, de Drive Like Jehu et des Sultans) dans une ambiance qui vire au délire.

Ouvrant le concert par French Guy (première chanson de leur premier album), les RFTC mettent d'emblée les points sur les i. Viennent ensuite des morceaux plus récents comme I'm Not Invisible (qui ouvraient le dernier album du groupe), des classiques radicaux (Boychucker), des moments pour calmer le jeu (Used), des tueries incontournables présentes à tous les concerts (Light Me / A + In Arson Class) et un Killy Kill infernal pour conclure le set. Tout au long, le public est complètement dingo quitte à créer parfois des situations gênantes pour le groupe. Peu importe, tout est pardonné. Toute la famille est réunie ce soir. Et les sourires sont sur tous les visages. Les RFTC aiment trop leur public pour faire les stars. Pour anecdote, ils installaient eux-mêmes leur matos à Paris, tandis que les Backyard Babies -chargés de la première partie- avaient des roadiesà leur service… Non, les Rocketeers sont des mecs simples et c'est pour ça que leur public les aime. Pas de faux semblant ici, on n'est pas à un concert des Babyshambles

Le deuxième set démarre très fort avec l'hymne Middle / Born In '69, issu de l'album culte «Scream Dracula, Scream!». Bientôt c'est une version grandiose de On A Rope qui enfonce le clou. La suite est à l'avenant, puisque le groupe peut s'appuyer sur un stock énorme de grandes chansons (Straight American Slave, Sturdy Wrist ou You Gotta Move pour citer quelques époques différentes). La guitare de N.D. est redoutable de rapidité, bénéficiant en arrière de l'imparable efficacité de la section rythmique (Petey X à la basse et Ruby Mars à la batterie).
Le problème avec un concert comme ça, c'est que même quand on a la setlist sous les yeux, on passe son temps à angoisser sur la fin. Et tout le long, on est devant sa télé comme si on était à San Diego: on veut que ça dure… que ça dure… que ça ne s'arrête jamais, comme si ça pouvait empêcher le groupe de commettre l'irréparable.

Pourtant la fin s'approche quand retentit Glazed.

Là, une fois que la dernière cymbale a fini de résonner et que RFTC disparaît, la situation semble compromise. On entre dans la phase terminale, deux ultimes chansons chargées d'émotion et de puissance: la paisible Ditch Digger en ouverture de rappel, et l'extraordinaire Come See Come Saw en guise d'adieu. Là, on ferme les yeux et on ressent l'émotion du groupe et de ses aficionados, au moment de mettre un terme à cette grande aventure. Speedo et les siens ne veulent plus quitter la scène et laissent la chanson s'étirer. Puis vient le moment de disparaître.

Tout est fini, le groupe rejoint les loges: «Rock n' Roll Will Never Be The Same» comme le disait en introduction du concert, le master of ceremony El Vez dans son beau costume en léopard.
Il ne reste alors plus qu'une chose à faire: appuyer sur PLAY à nouveau et se remettre le DVD une nouvelle fois pour passer encore deux heures avec les Rocket From The Crypt.

Setlist DVD:
Intro (I Put A Spell On You) --- French Guy (Paint as Fragrance, 91) --- Don't Darlene (Circa Now, 92) I'm Not Invisible (X-Ray Camp, 02) --- Get Down (X-Ray Camp, 02) --- Boychucker (All Systems Go, 93)
Jumper K Balls (All Systems Go, 93) --- Pigeon Eater (All Systems Go, 93) --- Used (Scream Dracula, 95)
Hairball Alley (Circa Now, 92) --- Shy Boy (Paint as Fragrance, 91) --- Velvet Touch (Paint As Fragrance, 91)
Light Me (State of Art is on Fire, 95) --- A+ In Arson Class (State of Art is on Fire, 95) --- Killy Kill (Circa Now, 92)
______________
Pushed (Hot Charity, 95) --- Middle/Born ( Scream Dracula, 95) --- On A Rope (Scream Dracula , 95)
My Arrow's Aim ( Hot Charity, 95) --- Straight American Slave (Group Sounds , 01)
Carne Voodoo ( Group Sounds, 01) --- Sturdy Wrists (Circa Now , 92)
You Gotta Move ( RFTC, 98) --- Glazed (Circa Now , 92)
__________________
Ditch Digger (Circa Now, 92) --- Come See Come Saw ( Scream Dracula, 95)

Ce DVD est uniquement disponible en commande au lien suivant: http://www.merchlackey.com/swami/ Il s'agit d'une première version brute (Ruff Cut), une seconde version augmentée (digipack et mastering amélioré) sera disponible au printemps 2007. De même, une troisième compilation d'inédits (All Systems Go III) devrait sortit courant 2007.

Pour ceux qui voudraient découvrir Rocket From The Crypt en live, un très bon enregistrement est disponible sur le lien suivant: http://www.transmission3000.com/bands/?r=rftc.html
Parmi les 8 concerts disponibles, je vous recommande particulièrement le 8ème (en bas de page), enregistré à Vancouver le 13 Avril 2003.

Pour tous ceux qui sont persuadés que tous les bons groupes sont morts, je ne peux que leur recommander les deux web-radios suivantes:
1) Une émission animée par John Reis (aka Speedo, leader des RFTC): http://www.fm949sandiego.com/station/swami.cfm
2) Une émission animée par Little Steven (guitariste du E-Street Band): http://www.littlestevensundergroundgarage.com/homepage.html

Enfin, pour ceux qui en ont marre d'arriver toujours après la bataille, quand les grands groupes sont morts: Profitez de la présence des Bellrays cette semaine en France. Après, il sera trop tard pour regretter.


www.rftc.com

auteur : Youri Khan - yourikhan77(at)yahoo.fr
chronique publiée le 14/11/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire