22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Livre
Blaxploitation, 70's soul fever

Julien Seveon
Bazaar & co - 2008

Blaxploitation, 70’s Soul Fever a la particularité d’être le premier livre écrit en français entièrement consacré au sujet, soit 190 pages aux couleurs sévèrement seventies. Lorsque Jackie Brown de Quentin Tarantino est sorti sur les écrans en 1997, de nombreux articles sur le genre avaient fleurie dans la presse spécialisée (Mad Movies/Impact) et généraliste (Télérama/Nova/Libé). Des soirées se sont déroulées à la Cinémathèque, mais aussi en club pour danser sur de la "fo(u)nk". Hormis dans l’excellent fanzine Foxy Bronx entièrement voué à la cause, dans Monster Bis et Funk-U et également dans le recueil Le cinéma des noirs américains de Régis Dubois ou dans le hors-série Grindhouse chez Mad Movies, le sujet en langue Française était peu traité. On en vient donc à cet ouvrage, richement illustré (photos, affiches, pochettes de disques, pub…) et abondant en informations. Le parti-pris de l’auteur (journaliste à Mad Movies, rédacteur en chef à Score Asia et du défunt Mad Asia) est de ne pas trop s’attarder sur les films cultes (Shaft, Superfly, Coffy, Foxy Brown) mais d’apporter par contre pas mal d’infos sur des films plus obscurs. D'ailleurs, pour pouvoir apprécier un jour les longs métrages évoqués, il faudra se lever tôt !!

Classant les faits par thèmes, l’auteur raconte cette période particulière (entre 1970 et 1983) dans le cinéma de genre -à savoir des films réalisés en grande partie par des blancs avec des acteurs noirs pour un public exclusivement noir : thriller, comédie, fantastique, action avec une touche sensuelle, des fringues et des bagnoles flashy, des flingues et de la castagne, des nanas sexy et des hommes virils, le tout musclé par une musique très groovy, la Blaxploitation aura marqué les années 70. L’imagerie très forte reste encore très présente aujourd'hui dans les médias, la publicité et bien évidemment le rap US. Si le texte est dans l’ensemble très intéressant (mais bourré de de fotes d’ortografes ! on espère un second tirage révisé par un correcteur), il est regrettable qu’il n’y ait pas de témoignages, ni d’interviews afin d'apporter un aspect encore plus vivant à l'oeuvre. Certes, Julien Sévéon cite quelques "petites phrases" piochées ici et là dans sa riche bibliothèque, mais l'auteur demeure dans la description, en y apportant simplement une légère touche critique. Ce livre est une bonne entrée en matière pour les néophytes, et demeure un achat indispensable pour les amateurs du genre...

Nota: Cette chronique est dédiée au maestro Isaac Hayes à qui l'on doit la magistrale BO de Shaft et aussi acteur viril de Truck Turner et Tough Guys. Il nous a quitté le 10 août 2008, suite à des problèmes cardiaques, pour rejoindre Curtis Mayfield, James Brown, Marvin Gaye…RIP.




www.bazaaretcompagnie.com
www.foutraque.com/inter.php?id=98

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 12/10/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire