07/12/2019  |  5277 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 06/12/2019 à 11:40:08
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
One Night in Paris

Depeche Mode
Universal Music Video - 2002
Les groupes étrangers semblent apprécier le public français car après Texas et The Cranberries et avant le futur Placebo, c’est Depeche Mode qui sort un DVD live enregistré au Palais Omnisports de Paris-Bercy.
Et si certains doutent de l’accueil hexagonal réservé aux artistes anglo-saxons, rendez-vous directement sur Personal Jesus, plage 17 (et non 16 comme mentionné sur le livret !) dudit concert.
C’est tout simplement extraordinaire, les chanceux qui étaient présents ce soir-là doivent conserver un souvenir impérissable. Ce concert est un bijou filmé par le maître Anton Corbijn, fidèle photographe des Depeche Mode réduit à trois. Les couleurs rouges et bleues illuminent la salle Parisienne et le 5.1 (seul mode sonore possible) est très bon.
Ce double DVD contient une rafale de bonus, notamment des reportages sur la préparation du spectacle (sous-titré en français) et un multi-angle sur Sister of Night.
Dave Gahan est une bête de scène et il met le feu à un public conquis d’avance. Les titres sont principalement tirés du dernier album studio Exciter mais c’est un bonheur de réécouter des chansons telles que Black Celebration ou Enjoy The Silence.
Depeche Mode a mis de côté ses machines qui ont fait leur succès pour plus de guitares et de batterie qui permettent de voir sereinement les années 2000.
Anton Corbijn se fait plaisir en glissant une galerie de photos superbes, à l’image de celle au dos du livret sur laquelle Dave tend le micro aux premiers rangs de la fosse.
Tout ce bonheur est en 16/9 (la moitié des bonus en 4/3) avec un grain d’image voulu et sublime.
En bref, il faut posséder ce concert dans sa DVDthèque, que ce soit pour la qualité musicale où les tatouages du chanteur… (Moi j’aime les 2 !)


www.depechemode.com/

auteur : Diego Lagaute - lagaute.diego@free.fr
chronique publiée le 02/02/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire