28/07/2017  |  4850 chroniques, 161 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 26/07/2017 à 16:53:20
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Swans et le dépassement de soi

Benjamin Fogel
Playlist Society - 22 Mars 2016
Je viens d’achever la lecture du livre Swans et le dépassement de soi, et belle surprise The glowing Man, le nouvel album de Swans vient de sortir. Ainsi pour rédiger cette chronique, rien de mieux que d’avoir en fond sonore ce nouveau «péplum/fresque» de 3 vinyles ou 2 cd pour plus de 2 heures (dont un titre de 28 minutes !) de musiques intense, soit l’illustration parfaite du « dépassement de soi ».
A ma connaissance, Swans et le dépassement de soi est le premier livre écrit en langue française sur ce groupe new-yorkais. C’est Benjamin Fogel qui s'y est collé. Cofondateur de la maison d’édition Playlist Society, Benjamin Fogel s’était déjà attelé à l’écriture de personnalité majeure de la musique underground, car il a écrit un bel ouvrage sur Howard Devoto ex membre des groupes Buzzcocks et Magazine.

L’auteur a un style bien personnel pour relater la carrière du boss (tyran ?) de Swans, le singulier Michael Gira. L’ouvrage n’est pas une biographie dans le sens stricte du terme (ici aucun rapport avec Life, le livre de 700 pages de Keith Richards qui revient sur sa jeunesse, sa famille, le quartier de son enfance), mais plutôt un questionnement, une analyse sur la personnalité de Michael Gira. Car le bonhomme a du caractère. Les membres du groupe ont intérêt à être au garde à vous ! Très exigent dans son travail, Michael Gira porte avec lui (ou alors la porte pour celui qui râle !) ses musiciens très loin dans l’art de faire de la musique.
Formé en 1982, le groupe Swans est devenu une référence en matière de bruit blanc. Noise en anglais, même si Michael Gira n’aime pas le terme NOISE, il préfère le blues. Tel le chant cygne (swan en anglais), Swans a eu plusieurs vies. Noise indus jusqu’en boutisse de 1982 à 1986, folk gothique en 1987 (avec Children Of God), folk épuré et cabaret rock, jusqu’au split du groupe en 1998 avec l’album Swans Are Dead. Après une parenthèse liée à la vie du label Young Gods Records, Swans renait en 2010 avec le magnifique album My Father Will Guide Me Up A Rope To The Sky. Et depuis, 3 énormes albums (tant en qualité qu’en volume de musique avec The Seer, ToBe King et The Glowing Man) ont rendu les Swans encore plus grand et plus visionnaire. A croire, comme dans le bon vin, ce sont les années qui embellissent le gout où alors la méthode de travail de Gira de porter ses musicien jusqu’au bout d’eux même (jusqu’à l’épuisement !) porte ses fruits. L’analyse de Benjamin Fogel est pertinente et enrichissante. Certes il est très fan du maestro Gira, mais il prend le recul nécessaire pour parler de sa personnalité complexe, sans heureusement tomber dans la séance « rendez-vous chez le psy ». J’ai beaucoup aimé lire ce livre, on y apprend beaucoup de choses, et on sort du cadre « interview-promo du dernier disque ». Donc, un livre vivement recommandé. Petite particularité, l’auteur n’a jamais vu les Swans en concert, car il a un problème d’acouphène, soit le comble du fan des Swans. Enfin à noter que la préface a été écrite par Jarboe qui a fait partie du groupe entre 1986 et 1999.



www.playlistsociety.fr/book/swans-et-le-depassement-de-soi/
www.facebook.com/PlaylistSociety/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 12/07/2016

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire