23/10/2018  |  5064 chroniques, 165 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/10/2018 à 15:07:27
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
In The Sixties, Aventures dans la contre-culture

Barry Miles
Le Castor Astral - Mai 2018
Après avoir publié In The Seventies, voici la suite avec la décennie précédente et toujours au poste de capitaine, l’auteur anglais Barry Miles. Heureusement qu’il a pris des notes, sur les conseils du poète Allen Ginsberg, pour se rappeler 55 ans plus tard (en fait 40 ans, car la première édition du livre en anglais date de 2002) autant de détails : les noms, la tenue portée à tel soirée, qui était présent à tel moment (soirées, expos, restos, boutiques, quartiers…). Ces 500 pages sont un vrai travail d’archiviste difficile à résumer en une chronique. D’autant que dans les sixties, surtout dans le milieu underground, les expériences pour tester diverses substances étaient de rigueur, on peut dire que les neurones et donc la mémoire ont brûlé des cellules grises ! Et bien Barry Miles écrit et raconte comme si cela c’était passé la semaine dernière, avec moult détails. Bon, il faut dire que Barry Miles fait partie des personnes qui étaient là au bon moment. Etudiant en art au début des sixties, il a fréquenté les Beatles et les Stones quand ils débutaient. Certes pas musicien, cinéaste, artiste ou poète, Barry Miles n’est pas pour autant resté un simple spectateur. En plein cœur de Londres, il a cofondé et tenu la librairie-galerie Indica, qui verra John Lennon y faire connaissance avec Yoko Ono lors d’une performance. Il a créé la revue alternative The International Time (en France ce magazine va inspirer la revue Actuel), qui lui a permis de faire de nombreuses rencontres. Il a dirigé Zapple, le label des Beatles, il a aussi organisé des concerts, dont en 1967 le festival 14 Hour Technicolor Dream avec Pink Floyd et Soft Machine. Bref Barry Miles est au cœur de ce qui a fait bouger et révolutionner les sixties. Ainsi, pour une plongée dans la contre-culture, qui se prolonge jusqu’à New York au Chelsea Hotel, quoi de mieux que de choisir de lire la belle plume d’un activiste, un témoin à qui la mémoire ne fait pas défaut. Bel ouvrage autobiographique, passionnant à lire, et à faire tourner, comme un "bon joint". Franchement, c'était pas mieux avant, quand il n'y avait pas les réseaux "sociaux" ?


www.castorastral.com/livre/4710/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 17/09/2018

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire