20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Standing On A Beach

Sylvain Fanet
Le Mot et le Reste - 17 octobre 2019
Standing On A Beach, titre d’une compilation des Cure sortie en 1986 est maintenant le titre d’un livre qui a la lourde tâche de faire la compilation sur papier de « La new wave en 100 disques essentiels ». Un choix pas facile, car il y a évidemment des oubliés et d’autres disques qu’on ne va pas trouver « essentiels ». Qu’importe, les fondements sont là. Mais avant de voir les gagnants de la sélection de Sylvain Fanet, rappelons que la new wave est apparus en 1978 juste après le punk. Les termes new wave et after punk sont étroitement liés et peu de temps après, des termes comme cold wave, bactave/gothique, synthpop, EBM, nouveaux romantiques vont faire grossir le moule pour se perdre dans la « famille » new wave. Si le rock garage et le psyché ont eu leurs grandes heures dans les années 60, la new wave brillera de tous ses éclats dans les années 80, surtout la période 80-84, le gros de la sélection du livre. Le premier disque choisi est le premier album du duo Suicide, sortie en 1977. C’est clair, cet album est « devenue » une référence qui prend du poids au fil des années, tant il a inspiré les courants punk, indus, cold et electro et surement des vocations prochaines de musiciens qui engendrerons d’autres styles dont on ne connais pas le nom. Parmi les autres albums essentiels choisis et chroniqués par Sylvain Fanet, dont plusieurs dépassent le terme new wave (parfois un peu fourre-tout), il y a Parallel Lines (Blondie), Real Life (Magazine), Q : Are We Not Men ? A : We Are Devo (Devo), Metal Box (PIL), Drums And Wires (XTC), Closer (Joy Division), Faith (The Cure), Ocean Rain (Echo & The Bunnymen), pour n’en citer que quelque uns. A noter qes les français ne sont pas oubliés : Marquis De Sade, Taxi Girl, Jacno, Kas Product, Trisomie 21, Alain Bashung, Lescop. Par contre que vient faire Culture Club et Dexys Midnight Runners qu’on ne pensait pas être new wave. Aussi The Glove, Duran Duran, Squeeze, The Essence, Bel Canto pour la sélection essentiel, ça se discute. Quoi qu’il en soit globalement, la sélection tient la route, on vous laisse la découvrir. Quant aux oubliés, du moins de notre point de vue, il y a les albums Jeopardy (The Sound), Wilder (The Teardrop Explodes), Thirty Thousand Feet Over China (The Passions), October (U2), Happy Families (Blancmange), Work (The Nits), Comateens (Comateens), Dark Continent (Wall Of Voodoo), Pacific Street (The Pale Fountains),Yellow Laughter (Orchestre Rouge) pour en citer quelques un. Car malgré les apparences, dans les années 80, il y a eu de très bons disques qui n’ont pas à pâlir auprès des anciens des années 60 et 70. Mais c’est sûr la catégorie New Wave est devenu au fil du temps assez flou car on y retrouve tant de groupes divers, certains plus rock, d’autre plus électro, d’autres plus funk blanc et d’autres juste looké. Malgré le chalenge Sylvain Fanet a fait un bon tri, certes pas parfais, car c’est impossible, avec une écriture fluide et érudite. Après une présentation de ce courant musical, place aux 100 chroniques, chacune rédigées sur deux pages et fini avec d’autres disques conseillés. A la fin de la sélection chronologique par année, il y a quelques albums plus ressent d’artistes qui ont pris le relais comme, The Rapture, The Horrors, Motorama, Lebanon Hanover. On aurait pu rajouter KVB, Soft Moon, DIIV, mais là on entre dans les 500 disques essentiels. Bref, si vous voulez faire une bonne idée sur la musique new wave et vérifier combien de disques vous avez sur les 100, Standing On A Beach est pour vous !


lemotetlereste.com/musiques/standingonabeach/
www.youtube.com/watch?v=LWz0JC7afNQ
www.youtube.com/watch?v=mfsYSPCNWCw

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
chronique publiée le 04/11/2019

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire