26/04/2017  |  4796 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 25/04/2017 à 17:16:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique scène
Tout est perdu sauf le bonheur

Spectacle de fin d’études des étudiants de la 18è promotion de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts du Cirque / Philippe Car (Cartoun Sardines)
Espace Chapiteaux, Parc de la Villette - Paris
mercredi 8 août 2007

avec : Onze artistes, deux chevaux
Pour évoquer ce spectacle de fin d’année de la dix-huitième promotion de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne, qui se tient jusqu’au 18 août à l’Espace Chapiteaux du Parc de la Villette, on pourrait commencer par un inventaire à la Prévert, en détaillant par le menu les onze artistes présents sur la piste, sans oublier leurs deux comparses équidés, fréquemment utilisés par de talentueuses voltigeuses...
On continuerait en évoquant les jolis textes (Dans ma maison, Les feuilles mortes...) du fameux poète et scénariste, admirablement « mis en musique », au milieu d’autres, par Philippe Car et Valérie Bournet-Car, de la compagnie Cartoun Sardines.
On évoquerait aussi la maestria d’élèves musiciens, se relayant derrière les fûts et autres instruments divers et variés (trompette, guitares, basse, flûte, harpe...), pour reproduire la partition de Vincent Trouble, qui louche souvent vers le jazz manouche.
Mais, surtout, on tâcherait de retranscrire la vaste palette de sentiments provoqués par les différents tableaux de ce spectacle de plus de deux heures, joliment lancé dès l’entrée dans le chapiteau, les spectateurs y étant accueillis par des élèves déjà pleinement investis de leur rôle, utilisant moult farces et combines pour rendre le moment le plus joyeux et festif possible.
Jonglant sans cesse entre les registres de l’émotion et de l’humour (« La passion du risque ! »), le spectacle joue souvent, également, la carte de la virtuosité, en proposant des numéros d’une qualité incroyable : on pense notamment à l’époustouflante démonstration de monocycle sur trampoline ( !) livrée par Benoît Charpe, à la féerique maîtrise du Yo-Yo du Japonais Yukihiro Suzuki, vice-champion du Monde ( !), ou au bel exercice, au mât chinois, du clown violoniste, Moïse Bernier, qui provoque l’hilarité des plus petits (comme des plus grands !).
Bref, on l’aura compris, ce beau spectacle, sans omettre les « fondamentaux » du genre (trapèze, voltige, bascule, jongleries, acrobaties, voltige...), pourrait convaincre les plus réticents à cette spécialité des arts vivants, restés sur l’image un peu poussiéreuse du Cirque à la « papa », de renouer avec la piste circulaire parsemée de sciure et le décorum rouge sang (les lourdes tentures de velours).
On souhaite en tout cas beaucoup de succès aux différents élèves de cette promotion dans leurs carrières respectives, et l’on attend déjà avec impatience le spectacle 2008 du Centre National des Arts du Cirque (CNAC).
D’ici là, on aura tout loisir de patienter avec le nouveau spectacle de Bartabas (dès la rentrée au Fort d’Aubervilliers), et, surtout, on se précipitera à la vingtième édition du festival CIRCA (manifestation dédiée au « Cirque Actuel ») qui se tiendra du 26 octobre au 3 novembre 2007 à Auch, dans le Gers. On pourra d’ailleurs y déguster à nouveau, dans une programmation foisonnante, « Tout est perdu sauf le bonheur »... accompagné cette fois-ci de foie gras et de Pacherenc, immanquables spécialités locales, s’il en est.


www.villette.com/manif/manif.aspx?id=1051
www.cnac.fr

auteur : Jérôme Crépieux - jerome_(at)_foutraque.com
chronique publiée le 12/08/2007

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire