20/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    édito
Mouv' du genou

Depuis quelque temps, Le Mouv' fait sa pub dans le métro parisien. Une faune d’adolescents, garantis comme étant d'authentiques auditeurs, pose au nom d’une attitude référencée rock. « Libère ton esprit rock », c’est le mot d’ordre, c’est punchy et ça claque comme du Séguéla. Mais derrière le slogan, il y a cette radio que l’on n'écoute plus ou de loin, dont on n’a rien à dire. Bref, on se fout un peu de cet ectoplasme. On ne lui demande rien. A tort.

Quel était le cahier des charges quand Radio France a accouché de la petite dernière ? Sûrement pas d’installer ce robinet à rock tiède, branché sur le total égout, une autoroute sans tunnel de pub peut-être, mais où chaque heure n’en finit plus de ressembler à la précédente. En guise d’esprit au Mouv', le rock se balance par kilos, sans corps et sans discours derrière. Ca s’écoute, ça accompagne ou ça tue l’ennui en voiture. Chérie FM aussi. Au Mouv' les 15-25, à Europe 2 ou RTL2 les 25 et plus. Le marché pop-rock de la bande FM est bien fait. La came vient du même grossiste : quelques vieilleries inusables, des nouveautés taillées pour saturer les ondes, de la chair à quotas. La scie Raphaël et les loukoums de Keane en produits d’appel. On ajuste aux marges avec quelques « indés », ça fait bien comme un rayon bio au Franprix. Europe 2 et RTL2 font leur métier, habillent le laps de temps entre deux pubs, si elles le font avec un motif pop-rock pourquoi pas, je ne vais pas apprendre à ces gens de HEC comment faire leur métier. Mais qu’une station financée par la redevance, dont on attend un service public, ligote le rock dans ce tue l’amour qu’est la playlist, il y a de quoi avaler de travers. L’argument sent le démago de l’autre bout du zinc, un animateur de Oüi FM - en parlant de l’arrivée de cette concurrence d’Etat - avait osé dire qu’avec cet argent on aurait pu construire un hôpital. C’était con comme du Pernaut mais presque excusable avec le recul.

Les débuts de la radio en 1997 ne laissaient pas encore présager un tel renoncement créatif. La playlist laissait un peu de souplesse, certains animateurs parlaient comme des êtres humains doués d’intelligence, une ébauche de contenu et de réflexion sur le format radio perçait. Arrive 1999 et le virage rock, matière alors désuète laissée en jachère depuis peu par Fun Radio. Le Mouv' va récupérer le créneau et s’y enfermer. En se limitant à être une simple radio rock, Le Mouv' foule au pied son projet initial, celui d’une radio généraliste innovante, d’une France Inter « jeune » pour caricaturer et être indulgent. Elle va segmenter pour mieux créer sa niche et trouver ses Milou. Rien de plus qu’un adoubement ou un renoncement devant le formatage et la déshumanisation propre à la bande FM. Un abandon de toute volonté de réinventer la radio comme le tente Nova, alors que son statut public la place pourtant au-dessus des contingences commerciales et lui autoriserait un minimum d’audace.

Après presque dix ans d’existence, que reste-t-il donc cet esprit rock ? La découverte de Superbus avant tout le monde, celle des Strokes après la pub EDF, un Matthieu Culleron à sauver, des concerts inaudibles passés après minuit, des jingles affreux, une libre antenne transformée en réunion des groupies de France. Le Mouv' est une bonne élève, jamais de réprimande du CSA, pas d’humour gras transgressif , une bonne élève cantonnée dans sa bulle sans aspérité. Pour un point d’audience et donner des gages à ceux qui craignaient une station pour happy-few, elle renonce à toute utopie radiophonique ; où des voix pourraient différer dans l’intelligence ou la connerie, où la contre-culture trouverait un espace. Au lieu de cela, comme dans les souvenirs collégiens les plus crépusculaires, les journées se répètent en boucle. L’esprit rock du Mouv' a un sérieux arrière goût d’ennui adolescent ; ça en deviendrait presque touchant si on avait encore tous quinze ans.

www.lemouv.com

auteur : Alexandre Pedro - pedro.alexandre@wanadoo.fr
    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire