25/04/2017  |  4794 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/04/2017 à 11:48:39
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    édito
Young Marble Giants ou l'art du son minimal

Chaque année la programmation du festival BBmix de Boulogne-Billancourt, nous fait (re)découvrir en live un artiste "culte". En 2005, James Chance, l'un des inventeurs de la no-wave, fit vibrer les planches de l'auditorium. En 2006, ce fut au tour du pape de l'électro kitsch et ludique, Jean-Jacques Perrey. En 2007, dans la veine encore plus culte, les Young Marble Giants, groupe post punk inventeur du son lo-fi, ont été les invités exceptionnels du festival. Autant dire l'un des événements majeurs de l'année 2007.

Young Marble Giants est un trio gallois formé par les frères Moxham (Stuart à la guitare et aux synthés et Philip à la basse) et Alison Statton au chant. Au cours de sa très brève existence (1979-81) la formation a réalisé le magistral Colossal youth, ce sera son unique album. Ce disque demeure la colonne vertébrale de la musique dite lo-fi. Une musique à la production fébrile, concoctée entre la cuisine et la chambre à coucher. Le son y est simple, minimal, presque amateur. Il est dû notamment à la voix timide et discrète d'Alison. Elle sera tout de même classée huitième meilleure chanteuse de l'année, par les lecteurs du NME, en 1980 ! A noter le contraste entre leur son sec et "pauvre" et les mélodies pop, toujours présentes. Grâce à ce style presque autiste, mais le sourire aux lèvres, le groupe fera école auprès d'une multitude d'artistes, en devenir à l'époque, comme : Beat Happening, Pastels, Beck, Adam Green, Saint Etienne, Dominique A, Belle and Sebastian, Nirvana... Citons également Etienne Daho qui les vénère, Courtney Love qui a repris Credit in the straight world sans oublier les contemporains de YMG, à savoir The Cure avec le classieux Seventeen seconds (qui a influencé qui à cette époque ?). Le trio se séparera en 1981 à la suite d'une histoire sentimentale entre Alison et les deux frères. Dont acte. Stuart formera The Gist tandis que Philip et Alison se retrouveront avec le duo Weekend. Mais ceci est une autre histoire.

28 octobre 2007 : Le trio accompagné à la batterie par Andrew le plus jeune des Moxham, s'est reformé 27 ans après Colossal youth afin de revivre l'alchimie. Ces retrouvailles ne devaient durer que le temps d'un concert unique à Cardiff (leur fief), prétexte à préparer les compos d'un éventuel second album. Grâce à BBmix et à l'enthousiasme de Marie-Pierre Bonniol (qui aura mis 4 ans à les convaincre !), le groupe a accepté de se produire au BBmix. Gardant un excellent souvenir de leur show aux Bains Douches le 17 juin 1980 (retransmis en direct à l'époque au cours de l'émission Feedback de Lenoir sur France Inter), les YMG affichaient une certaine satisfaction à jouer de nouveau en France. Un plaisir d'ailleurs partagé avec le public nombreux pour l'occasion et conquis dès les premières notes. Le son extra-minimal n'a pas varié et la voix approximative, non plus ! Du pur lo-fi !

Les apprécier avec leur set-list et les petits plantages est un vrai régal. L'aspect amateur/novice et crispé sans assurance reste encore séduisant. On a l'impression d'assister au concert d'un groupe de potes. Stuart est le plus nerveux, mais détend l'atmosphère en lançant quelques boutades entre les titres. C'est lui aussi qui conclut sèchement chaque morceau, procurant une petite frustration au public, emporté par les mélodies. Alison est élégante avec sa robe noire un peu rétro tandis que le batteur, derrière ses percussions synthétiques joue comme un "robot mécanique". L'album sera joué dans son intégralité, le groupe quittera la scène après 50 minutes de live, sans aucun autre titre en réserve. Face à l'enthousiasme du public, les YMG reviendront pour deux rappels en rejouant quelques chansons déjà interprétées du gig. Le concert s'achèvera par un dernier salut théâtral du groupe face à son public et une bise qui en dit long de Stuart à Alison. L'émotion était bien là !

Après ce fameux rendez vous, le public fut invité à venir les retrouver une heure plus tard pour une interview-rencontre, animé par David Fenech. Voici quelques extraits : "Notre musique visualise des images, parfois humoristique, mais que l'on ne perçoit pas." "Le minimaliste ça marche, car ça avance avec confiance...", "On parle le gallois au paradis". "Reprendre du service après 27 ans, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas"." Pour le nouvel album, il y a autant d'excitation que pour le 1er". En attendant la sortie du 2ème album (date non connue à ce jour), n'hésitez pas à réécouter Colossal youth qui vient de ressortir sous la forme d'un coffret 3 CD's (édité par le label Domino). Cure de jouvence garantie, et sans prescription médicale !



www.myspace.com/youngmarblegiants
www.bb-mix.com/content/BBMIX/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire