19/09/2017  |  4872 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2017 à 17:20:35
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    édito
Longue vie à la Route du Rock !

Meilleur festival français avec les Transmusicales de Rennes et une poignée de rares rassemblements musicaux ne faisant pas dans le tout commercial, La Route du Rock permet chaque année de passer trois jours idylliques dans un cadre paradisiaque sans avoir à supporter les têtes d’affiches fédératrices (et souvent lamentables ) qui servent à rameuter les foules dans les autres grands raouts estivaux. Ce n’est surement pas à Saint-Malo qu’on nous infligera les shows convenus et calibrés pour les masses de Bénabar, Tryo, Yodelice, Anaïs, BB Brunes ou encore Olivia Ruiz ! Car, loin de se vautrer dans une programmation consensuelle, La Route du Rock maintient le cap depuis 19 ans en invitant à chaque édition le meilleur de ce qui se fait en pop, folk, rock et électro, que les groupes soient des découvertes à peine sorties du nid ou des artistes à la fois confirmés et classieux… Résultat des courses sur l’infernale autoroute du rock : malgré ses difficultés financières, le festival malouin propose encore une fois en 2009 l’une des affiches les plus originales et intéressantes de l’été. Nous sommes à des années lumières des festivals uniquement faits pour attirer le chaland, faire consommer à la chaîne du prédigéré et entraîner une overdose fatale de musique aseptisée. Très réussie au niveau artistique, l’édition 2009 de la Route du Rock s’est en plus déroulée sans la moindre goutte de pluie… Le rêve ! Comptes rendus des concerts du dimanche 16 août, du samedi 15 août puis du vendredi 14 août :

Après deux premiers jours riches en bons moments (Deerhunter, Camera Obscura, Papercuts, My Bloody Valentine… ), la dernière étape de la Route du Rock promet également son lot de concerts classieux… La météo est radieuse, à l’image de notre moral pour "affronter" l’ultime ligne droite de cette présentation d’une très seyante collection été. Compte rendu du dimanche 16 août :

That Summer

On commence par faire un petit tour sur la plage de Bon Secours où le groupe français signé chez Talitres Records, That Summer fait une démonstration éclatante de son talent pour distiller des ambiances troubles et captivantes. Le temps – très légèrement gris – sied parfaitement aux humeurs sombres des morceaux du songwriter David Sanson. Sa voix grave, les entrelacs de guitare acérés et les ambiances rêveuses font basculer les morceaux – et nous par la même occasion – dans une douce mélancolie. Alors que la plupart des gens sont assis ou couchés sur la plage, on préfère rester debout juste à la limite de l'eau pour mieux apprécier le paysage de Saint-Malo intra muros d’un coté, la mer et le ciel de l’autre, ce qui permet de s’immerger encore plus dans le son ténébreux de That Summer. L’effet se révèle magique sur cette plage où le groupe semble jouer devant un auditoire endormi et inattentif (en fait, beaucoup de gens écoutent), tel un groupe de bal sur une bateau en train d’aller à sa perte. Bizarrement, on repense à la mort de Jeff Buckley, qui avait tranquillement marché tout habillé vers les eaux du Mississippi avant de sombrer corps et âme. Cela nous semble être un beau moment et la bande son idéale pour dire adieu à ce monde cruel. Juste après ces fugaces pensées, le concert de That Summer (entre pop planante, post rock ténébreux et rock vénéneux) se termine, le ciel s’éclaircit et il est temps d’aller communier avec un autre grand dépressif, Bill Callahan.

Bill Callahan

Auteur d’un très bon dernier album, l’ex leader de Smog, désormais en solo, se produit en ouverture de soirée au Fort de Saint-Père. En plein jour et sous un soleil brillant. L’on se dit brièvement que cela va gâcher l’admirable noirceur de ses chansons. Que Nenni. Sa voix de stentor magnifiquement spleenesque, ses morceaux magistraux et son attitude décalée (mèche grisonnante au vent, marche au pas sur place pendant les titres) créent une atmosphère prégnante très propice au décollage vers la planète où le folk rock est souvent très sombre. Discret, timide et essayant d’être convivial et aimable, Bill Callahan fait ce qu’il a à faire : il chante superbement ses compositions marquées au fer rouge du sceau de l’inspiration et joue de la guitare, tout en étant accompagné par un excellent groupe avec des cordes poignantes. Tout cela maintient l’attention à un très haut niveau tout en faisant planer de manière très agréable dans l’univers de Mr Callahan. Superbe set, vraiment !

Andrew Bird

L’on se dit que l’on va encore passer une soirée en apesanteur, car ce n’est pas le génial Andrew Bird qui va gâcher la suite du festival… Entouré par un groupe réussissant à s’approprier ses chansons, Mr Bird évolue comme d’habitude dans son monde céleste, fait de parties vocales graciles et d’orchestrations foisonnantes (guitares, violon, sifflements etc etc).

Epoustouflant de virtuosité maîtrisée et de sens du songwriting qui touche au cœur, l’auteur de maintient son public dans un état de félicité totale pendant la durée de son set. On se sent bien, léger comme l’air et en parfaite communion avec les gens qui nous entourent et les éléments. Cet homme est touché par la grâce, on en est convaincu à chacun de ses apparitions scéniques… Dernier petit détail qui accrédite cette thèse, la reprise finale de Bill Callahan - dont Andrew Bird s’avoue grand fan – est à tomber à la renverse. Merci monsieur !

Dominique A

En solo intégral, Dominique A a comme au Printemps de Bourges 2009 conquit par son énergie, sa hargne et ses qualités d’interprétation et d’écriture. La grande scène de la Route du Rock se prêtait pourtant moi à l’exercice du concert solo que le lieu intime où on l’avait vu à Bourges, seulement accompagné par ses guitares, ses claviers et sa boite à rythme. Mais Dominique A sait aller courageusement au charbon en enchaînant les titres de son dernier album, des raretés et ses incunables.

Le mord au dents, un peu crispé et peu loquace (mais on ne vient pas à ses concerts pour l’écouter parler… ), le récent auteur de l’album La Musique fait forte impression après un départ un peu hésitant. Avec une belle maîtrise technique, Dominique A réussit à emmener dans ses chansons passionnantes. Sa voix d’ange déchu, ses mélodies irrésistibles et ses textes souvent marquants fonctionnent à plein. Hotel Congress, Nanortalik, L’horizon, Le courage des oiseaux, Pour la Peau et la superbe chanson dédiée à Manset laissent rêveur et heureux. A voir sur la prochaine tournée à l’automne !

Grizzly Bear

Quelques instants plus tard, Grizzly Bear enchante le public, ravi par la qualité du set des épatants Américains et par leur attitude humble, communicative et reconnaissante (ils ont joué ici même il y a 3 ans et c’était leur premier festival). En alternant ses tubes pop euphorisants – le très Beach Boys Two Weeks, le chef d’œuvre beau à en chialer Knife, l’irrésistible Cheerleader, l’élégiaque While You Wait For The Others - et ses morceaux expérimentaux joliment psyché, Grizzly Bear gratifie la Route du Rock d’un concert très réussi.

Idéal pour laisser divaguer son esprit grâce aux mélodies paradisiaques, aux compositions infernales et aux voix enchanteresses. Sans rester figé dans une formule, ce combo béni des dieux de la pop psyché arrivent à effectuer des embardées étranges et inspirées sans être abscons et hermétique, son bluffant album Veckatimest en est la preuve éclatante. Ce super concert permet de clôturer idéalement pour nous cette Route du Rock collection été 2009 des plus réussies. Cela aurait mérité un tout petit peu plus de public (15 000 personnes se sont néanmoins déplacées sur trois jours), mais à part ce "détail", c’est un sans faute et que cette édition qui laissera un souvenir impérissable.

Longue vie à la Route du Rock, à tous les artistes invités et à tous les labels indépendants français (parmi lesquels Talitres Records, Collectif Effervescence et Kütu Folk Records… ) ayant animé le stand disques/fanzines et enrichi la programmation. On sera là sans faute pour fêter dignement les 20 ans de ce festival exigeant proposant chaque année une programmation quasi parfaite.

Sites internet : www.grandcrew.com/2009/route-du-rock (vidéos et interview sur la Route du Rock 2009), www.blogotheque.net/Route-du-Rock (nombreux live acoustiques à la Route du Rock 2009), www.laroutedurock.com, www.myspace.com/laroutedurock, www.facebook.com/routedurock, www.myspace.com/thatsummermusic, www.myspace.com/toomuchtolove, www.myspace.com/dominiquea, www.myspace.com/grizzlybear, www.myspace.com/grizzlybear.

Photos live : Sidonie Gaucher, sidonie@silencio.fr



auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire