27/01/2020  |  5296 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 27/01/2020 à 17:39:51
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Q-Sounds Recording : De la sueur et du son




Q-Sounds Recording est un label de soul qui loge dans le 9-3, à Montreuil. A ce jour, ce label nous a fait découvrir des artistes classieux tels que Lisa Melissa & The Mess, Principles Of Joy, The Vogs, The Adelians, Little Clara & les Chacals et Sarah Ibrahim, pour n’en citer que quelques un. De par leur travail méticuleux et soigné (choix des artistes, visuels – pochettes, clips-) esprit Daptone Records, on avait envie d’en savoir plus sur les motivations de Q-Sounds Recording. Ludovic Bors répond à nos questions.


En 2009, vous avez créé votre label. Qu’est-ce qui vous a motivé à le créer ?
C’était mon rêve d’avoir un label de Soul à l’image des grands labels historiques comme Stax, Motown ou Hi ou des grands labels actuels comme Daptone. Avec Chris Thomas, un ami qui a fondé Qalomota (label de Deep House) sur lequel j’ai fait beaucoup de maxis, on s’est dit que ce serait cool de pouvoir sortir les disques qu’on avait envie d’entendre : des disques de Soul avec des musiciens et des chanteurs d’ici ! On s’est donc lancés et on a commencé à sortir des disques enregistrés par nos soins avec des musiciens qu’on embarquait dans l’aventure. C’est comme ça que le premier 45t est sorti fin 2009.


Vous pouvez vous présenter, le rôle de chaque personne au sein du label et votre passé musical avant de vous lancer dans cette belle aventure ?
J’ai fondé le label avec Chris Thomas. Au départ, Q-Sounds Recording est né comme une subdivision du label Qalomota (d’où le Q). Chris Thomas est DJ et producteur de House, grand fan de Hip Hop, Disco et Modern Soul. Moi je suis musicien (clavier et flute), c’est le Hip Hop qui m’a plongé dans la musique à la fin des années 80. Je suis venu à la Soul grâce aux samples contenus dans les morceaux de Hip Hop dès le début des années 90.
On a un parcours assez parallèle tous les deux. On vient de banlieue, on a aimé les mêmes musiques au même moment, on a été très influencé par la scène musicale New Yorkaise des années 90 qui mêlait Hip Hop, House, Soul, Afrobeat, Jazz Funk. On a donc fondé Q-Sounds tous les deux en se fixant une ligne artistique assez radicale : faire de la Soul d’aujourd’hui en France et créer un « son Q-Sounds » comme il existe un « son Motown » ou un « son Hi ». On est donc tous les deux fondateurs, patrons et directeurs artistiques du label.
A cela il faut ajouter Christelle Amoussou qui est impliquée dans l’aventure depuis le début en tant qu’auteure et mélodiste. Après avoir travaillé avec une première chanteuse (Chynna Blue) qui écrivait ses paroles et mélodies, on s’est retrouvé démunis face au défi que représente l’écriture de paroles et mélodies. C’est ce qui fait toute la différence dans ce genre, savoir être concis tout en inventant des mélodies claires et singulières. La Soul est une musique pop, qui touche l’âme des gens et les fédère, les aide à traverser les difficultés de l’existence. C’est une des grandes différences avec le Funk : la mélodie du chant.
Face à la difficulté de l’exercice, j’ai demandé à Christelle (qui n’avait jamais écrit) et qui est ma compagne, de voir si elle ne pourrait pas écrire quelque chose. Malgré le fait qu’elle n’a jamais fait ce genre de choses auparavant, c’est quelqu’un d’une grande sensibilité qui a toujours beaucoup aimé la musique et qui me semblait être la seule personne capable de ça dans notre entourage. L’essai a été plus que concluant puisqu’elle écrit depuis presque 10 ans la majorité des répertoires du label et est devenue une vraie partie du « Son Q-Sounds ». Aujourd’hui elle joue également un grand rôle dans la communication et la promotion du label.


Parlez-nous de la couleur musicale et les motivations du label ? Vos références, inspirations côté labels qui vous ont guidés pour créer Q-Sounds Recording ?
On fait de la Soul. Dès fois c’est plus sauvage, des fois c’est plus doux, des fois c’est un peu funk, des fois ça flirt avec le Hip Hop ou d’autres genres, mais ça reste toujours de la Soul. La couleur est liée à la ligne artistique que l’on s’est fixée, et découle de notre attitude et de notre positionnement. Aujourd’hui, contrairement aux années 60 on ne peut plus se lancer dans ce genre d’aventure pour réussir économiquement ou pour chercher la notoriété. Si on se lance dans une telle aventure, c’est donc qu’on a quelque chose à défendre. On défend cette musique en la faisant vivre. Beaucoup de groupes ne font que des reprises en France. C’est un truc qui me rend triste, ils font de la Soul une musique du passé, morte. Comment expliquer au public que cette musique est toujours vivante dans ces conditions.
Bref, on crée des répertoires originaux, on les défend, c’est assez paradoxal car j’ai l’impression de me retrouver à la fin des années 80 lorsqu’on défendait le Hip Hop sans autre attente que de faire partie de cette culture et d’être un membre de la famille. Cette persévérance face à l’adversité on la connait depuis notre jeunesse. C’est pour cela que l’on revendique notre origine banlieusarde car elle donne une saveur à nos disques. On ne lâche pas l’affaire, on fait face et on suit notre ligne. Un de nos slogans est : « L’authenticité ne s’achète pas ».
Nos références en termes de labels sont à la fois les grands labels historiques comme Hi, Motown, Stax, Wand, Curtom etc, et bien sûr Daptone qui est le modèle pour toute la scène actuelle. Pour ce qui est des producteurs je dirais : Willie Mitchell, Curtis Mayfield, Smokey Robinson, James Brown, RZA, Pete Rock, Jovonn, Thomas Brenneck… La liste est sans fin.


Un mot sur votre slogan « De la sueur et du son » ?
Je crois que c’est clair ! La Soul est une musique qui fait transpirer l’âme et le corps. Le son est le médium par lequel tu t’élèves, grâce auquel tu te libère. Pour en arriver là il faut que le groupe transpire aussi. Chacun doit donner de lui-même sur la scène, c’est un moment de communion de la sueur et du son. La sueur c’est un peu de toi (comme le sang mais sans cette connotation tragique).


On sent un côté famille à travers le fonctionnement de Q Sounds. Christelle écris des textes pour les artistes du label, des musiciens « maisons » jouent dans divers groupes du label, parlez-nous de cette fusion, communion entres vous ? Les chanteuses viennent presque nue et vous les habillés ? Vous avez votre propre studio d’enregistrement ?
On essaie d’avoir du lien entre les gens qui évoluent au sein du label, de créer une famille. Quand ça prend c’est un plus pour exprimer les émotions qui parcourent les morceaux. C’est vrai qu’on habille les chanteuses et ce n’est pas quelque chose de toujours facile, en particulier pour Christelle qui met beaucoup d’elle-même dans ce qu’elle écrit sur mesure pour chaque groupe. Elle confie ensuite ses morceaux aux groupes et aux chanteuses.
Pour moi qui compose les musiques c’est plus facile car je joue dans tous les groupes. Je suis donc toujours là pour le son, l’arrangement etc…. On enregistre toujours au même endroit depuis quelques albums, au studio La Forge dans l’Yonne. C’est tenu par Tom VDH (un ami avec qui on a fait de la House sur Qalomota). Il a beaucoup de très bon matériel analogique et comprend bien nos aspirations. C’est un vrai plus !


Présentez-nous-en quelques mots les artistes que vous avez publiés, et comment les avez-vous découverts ?
On a sorti plus de 35 disques, ce qui représente plus d’une vingtaine d’artistes. Les découvertes se sont souvent faites par rencontres, au hasard de connaissances communes. Little Clara et Florence de The Adelians étaient des élèves de mon collège dont j’ai découvert le talent dans le cadre d’un atelier musique par exemple, Lisa Mélissa est ma belle-fille, c’est comme ça que je l’ai entendue chanter dans sa chambre ! Sarah Ibrahim nous a été présentée par une amie commune. Bref, il y aurait de quoi raconter beaucoup d’histoires !
Il y a quelques autres disques qui sont des collaborations extérieures avec des gens rencontrés au cours de concerts, de tournées comme les Dustaphonics ou Pan. On essaie de rester ouvert et de sortir ce qui nous plait quand on en a les moyens.


Arrivez-vous à tenir en équilibre le budget du label ? Qu’elles sont vos meilleures ventes ?
L’argent est le nerf de la guerre ! On ne gagne pas d’argent avec le label et bien souvent on en perd un peu. Je ne compte pas les fois où Chris Thomas ou moi avons dû mettre la main à la poche, mais comme je le disais on a quelque chose à défendre et le résultat de ce qu’on fait nous rend fier alors si ça nous coute un peu parfois, ce n’est pas en vain ! On essaie malgré tout d’arriver à faire qu’un disque se rembourse. On fait beaucoup de choses nous même pour ne pas dépenser inutilement : visuels, flyers, clips, booking, promo. On applique à la Soul notre culture de débrouille apprise dans le Hip Hop, une sorte de version Soul du DIY punk.
Chaque musicien du label est au fait de cela et accepte de participer à l’aventure sans en attendre une source de revenus. La récompense est très souvent purement artistique, c’est la fierté de pouvoir ranger son album entre un disque des Impressions et un album d’Ann Peebles. On aimerait quand même bien trouver plus de relais auprès des tourneurs et des médias en France pour offrir à nos musiciens de vrais cachets, plus de reconnaissance et un peu de largesses financières au label, mais cela ne dépend pas de nous uniquement malheureusement. Nos meilleures ventes pour l’instant sont The Adelians et les disques de Lisa Mélissa & the Mess qui commencent à se vendre de mieux en mieux.


J’aime beaucoup les visuelles de vos pochettes et la qualité de pressage de vos disques vinyles. Vous pouvez nous parler de cet aspect du travail ?
Je m’occupe d’une bonne partie des visuels des pochettes. Quelques-unes ont été réalisées par Jennie du label Specific à Metz. C’est quelque chose d’important pour moi, les pochettes de disques sont primordiales dans l’histoire de la Soul et du Rock en général. L’imaginaire d’un label ne se construit pas que dans le son, surtout pour un amateur de vinyle comme moi. La pochette c’est ce que tu regardes pendant de longues minutes quand ton disque est sur la platine. C’est comme ça que j’ai appris des milliers de noms de musiciens, producteurs, des noms de labels, des dates etc…
En ce qui concerne le pressage, on est attentif à cet aspect des choses. On est, Chris Thomas et moi de gros collectionneurs de vinyles depuis notre adolescence. On sait à quel point pour un DJ ou un amateur de disques il est important que ça sonne quand tu poses ta cellule sur un disque. On essaie donc de faire en sorte que les choses soient bien faites. On fait un mastering dédié au vinyle et on s’adresse à des usines qui pressent bien et qui ont une bonne qualité de pochettes. On a une grosse expérience dans se domaine et on la met à profit.


Le fait d’être installé dans le 9-3 et en sous-titre du label il y a « Soul de Seine-Saint-Denis ». Ce département pour la musique afro (en particulier) est un élément important pour vous ?
Le 93 est le département où j’ai grandi, où j’habite et où je travaille. Chris vient de Sarcelles, mais c’est un peu comme le 93 haha (j’entends déjà les Sarcellois protester !! ). Pour nous c’est important car la banlieue n’a pas que des aspects négatifs. Grandir dans ce genre de quartiers nous a donné des valeurs. On n’a qu’une parole et on est persévérant. On serre les coudes quand il le faut, on ne se laisse pas embrouiller par les lumières du « Show Biz », bref on trace notre route avec force et respect en affrontant les difficultés. Le 93 et plus particulièrement le nord de la banlieue parisienne est aussi le berceau du Hip Hop français. C’est une région très créative. Avant le Hip Hop, c’est dans nos quartiers que l’on écoutait « de la Funk » ou du Rockab et du R’nB pour les plus anciens, tout cela mélangé aux musiques caribéennes ou africaines. On contribue à montrer que le 93 et la banlieue en général n’est pas que ce que l’on veut bien en donner à voir à la télé. « Soul de Seine Sant Denis » c’est un terroir, une garantie pour l’auditeur que nos valeurs seront dans la musique qu’il écoute. Je repense souvent à un T-Shirt que Guru de Gangstaar portait sur lequel était inscrit « Brooklyn built character ». C’est exactement ça, remplace Brooklyn par 93 !


En tant que fan de soul, quels sont vos disques de chevet et vos meilleurs moments de concerts ?
Impossible de répondre à ça, faudrait que je cite 1000 disques. En ce moment je réécoute en boucle du Ann Peebles, j’adore l’album de Ben Pirani (sorti récemment sur Colemine), Curtis Mayfield sera toujours dans mon cœur et James Brown est une sorte de Dieu, mais je pourrais parler de Syl Johnson, James Bynum, The 4 Tops, the Detroit Emeralds, Jo Ann Garrett, Mary J. Blidge. Christelle aime beaucoup Des’ree, Budos band, Menahan Street Band, Curtis Harding.
En ce qui concerne les concerts on a un souvenir commun avec Christelle et Chris qui est un concert de Budos Band à la Maroquinerie à Paris, il y a 3 ou 4 ans en plein mois de Juillet. C’était dingue, flippant, euphorisant et tellement électrique. Sinon bien sûr il y a la première fois que j’ai vu Sharon Jones au début des années 2000, Mary J Blidge en première partie de Blackstreet au début des 90s, KRS ONE à l’Elysée Montmartre, Public Enemy au Globo, bref, on pourrait évoquer des souvenirs et des noms sans fin.


On connait mal la scène Soul en France. Vous pouvez nous donner sa température actuelle ?
On est les seul à essayer de développer une scène Soul en France. Il y a très peu de groupes et la majorité d’entre eux sont passés par chez nous. Il y a bien les Buttshakers du coté de Lyon (Mr Day aussi voici quelques années) qui tracent leur route et quelques groupes un peu éparpillés mais peu visibles malheureusement. On essaie de nous servir quelques artistes Soul en major mais c’est toujours un peu gentillet. Ils sont à la Soul ce que Vanilla Ice était au Hip Hop. On ne sait pas en France faire du cross over comme les Anglos Saxons. Les artistes estampillés Soul en major ne jouent pas leur rôle de tête de pont, de porte d’entrée pour le grand public, c’est à croire qu’ils font de la Soul comme ils feraient autre chose. Beaucoup de groupes ne font que des reprises, je suis peut- être radical, mais ça ne sert à rien. Bref c’est dommage qu’il n’y ait pas plus de groupes qui développent un répertoire original, ça aiderait à développer cette scène. Plus on est, mieux c’est.
Sinon, ce que l’on entend par Soul en France est plutôt orienté Nu-Soul. Mais c’est en fait une version très « lounge » de cette musique malgré la présence de bon chanteurs et chanteuses. En live ça ne bouge pas vraiment, y’a pas trop de sueur et de son ! Beaucoup de gens confondent la Soul et le Jazz, ça ne rend pas service à la musique qu’on défend.


A Paris, le lieu cool pour ce genre de musique est le New Morning. Des groupes du label y ont déjà joué ?
Il n’y a pas à Paris de lieu dédié à la Soul telle qu’on la pratique malheureusement. Il arrive que des artistes Soul passent au New Morning (des groupes du label y ont déjà joué), mais c’est une salle plutôt Jazz et World qui de plus et très souvent louée par des tourneurs et qui donc n’a pas de « programmation » propre.
Paris n’est pas une ville très Soul, on aimerait avoir un lieu identifié où des groupes de cette scène pourraient jouer régulièrement mais ce n’est pas le cas. C’est toujours du coup par coup malheureusement. Il n’est d’ailleurs pas rare que des artistes internationaux de cette scène ne jouent pas à Paris faute de lieu estampillé, n’étant pas assez connus pour remplir une maroquinerie par exemple.


Les projets de sorties dans les mois à venir ?
Dernièrement on a publié le premier album d’un groupe anglais The King Dukes en collaboration avec leur label en Angleterre. C’est early Soul, Rhythm’n Blues anglais et c’est cool ! On va également sortir le premier album de Laura Llorens & the Shadows of Love. C’est le tout dernier projet du label, emmené par une chanteuse américaine installée en France. C’est Soul classique, un peu Country sur les bords ! On va également sortir début 2020 le deuxième album de Lisa Mélissa & the Mess qui va frapper fort ! Bref tout ça c’est sans compter les 45 tours. Et on va sorti en fin d’année un produit spécial pour fêter les 10ans du label. Faudra rester connecter pour pas rater ça.


S’il y un message à faire passer à nos lecteurs c’est ici !
Achetez les disques des labels indépendants. C’est le seul moyen pour ne pas qu’ils meurent ! Allez voir les groupes en concert, même si c’est la semaine et que vous êtes un peu fatigués et si y’a pas de groupe de Soul près de chez vous, FAITES EN UN !!! (et non pas un groupe de reprises svp !). Et merci lecteur. Si tu es arrivé jusque là c’est que tu as eu la patience de tout lire.



Chronique de l’album Strong Ain’t Wrong de Principles Of Joy ici

Photo en intro, le groupe Principles Of Joy @Gilbert Moka

www.qsoundsrecording.net/
q-soundsrecording.bandcamp.com/
www.youtube.com/watch?v=xQ6aSlRzZBk

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
interview publiée le 07/01/2020

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire