15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Portraits de festivaliers #1

Festival La guerre du son, Landresse (25)
juillet 2005

Ma maman idéale,

Ma maman idéale, elle serait super cool (ok c’est pas top pour le côté originalité, mais faut bien commencer par un bout et puis pour tous ceux qui sont pas contents, ben tant pis pour eux, pour les autres vous pouvez passer à la suite juste après).
Elle m’amènerait à des concerts et même jusqu’au festival de Landresse. Ma maman écolo-bio-label-rouge-VBF-CQC elle préfère l’air pur, les hauts plateaux doubistes, l’herbe bien verte super skeunk et la cancoillotte (pour la cancoillotte, c’est comme les Pom’Potes en minitube, pour les concerts c’est plus pratique). Ceci expliquant cela comme on dit quand on ne sait pas faire une conclusion digne de ce nom (Proust au secours, passe-moi une madeleine).
Avec elle j’écouterais tout plein de musique à fond les ballons (même pas peur d’un concert de Napalm Death). Et puis je pourrais commander des bières, tout plein tout plein tout plein tout plein tout plein hip’s ça commence à tourner la tête, heu Christine fait péter la poire, hein Serge, aller Chrissssssine, la poire !
En plus, je rencontrerais des gens inoubliables et tout bourrés comme des huîtres chaudes au vin jaune. J’explorerais avec mes innocents yeux d’enfant grands ouverts, ce monde, légué par nos ancêtres hippys post 68’tard reconvertis aux sirènes plastoques made in china, des murgeants gésères de vomis humains chauds et puants, mais bigarrés au possible entre Vasarely et Hartung. Sans parler de l’émerveillement candide aux vues des forêts de pisseurs pressés le long des fils barbelés.
Et puis elle serait belle comme les blés comme un vieux Chaume, bien dorée, faite comme du bon pain (faut tout de même penser à mon complexe d’Oedipe quand même, merci Sophocle, spéciale dédicace).


Marie

Elle s’appellerait Marie, serait petite, avec une petite voix, des petites manies et un géantissime seau de roses (avec tout plein de millier de roses dedans pour verser sur ma vie).
Bon ok, je veux bien taper sur un morceau de bois, mais j’y crois pas vraiment. La dernière fois, je me suis fait mal et j’ai gagné une séance de Synthol par jour, ça me suffit. Manquerait plus que je joue du piano debout, nan mais, pour qui ils se prennent.
Voilà, ma maman idéale, elle serait comme ça.

***

Je vous invite ce soir en direct de Landresse, à une séance Feng Shui avec le plus illustre disciple de Maître Tchapong, Maître Sébatong. Mais comme disait ma grand-mère, rendons à César ce qui appartient à César (j’ai de la famille romaine, ça arrive). Maître Tchapong est un maître Zen suisse aux petits yeux plissés passant sur les ondes radiodiffusées helvètes, Couleur3.
Exercice pratique 1 : aller écouter de suite cette boîte à son sur le net www.couleur3.ch. Après exercice 1 réussi pouvoir passer à la suite tu pourras. Si la technologie du futur tu ne possèdes pas, dans la mouise te trouver et la suite tu n’auras droit.


Maître Sébatong

Maître Sébatong être fort comme ours des montagnes, mais aussi patient comme cigogne au dessus nid. Petit scarabée Zen faire l’observe du monde autour de lui. Les yeux de larynx lui faire, tel le faucon survolant le mont Fuji-yama. Gros occidentaux se faire la danse du serpent devant scène de musique. Etre comme si bousculade de gnous en rut se passer. Mais sagesse de Maître Tchapong éclairer le chemin de Maître Sébatong. Dans nuit agitée, rester le marbre, faire la grue est la voie. La force du buffle ne sert à rien contre la bave de l’escargot Gascon. Maître Sébatong être 3ième dan concentration FUCA. Ça pas être rien dans hiérarchie Zen. Sécurité être sa devise, oreillette être son sabre. Mais petit samouraï pas faire la rigole quand gros occidentaux être bêtes comme crapauds. Toujours le correct rester et chakras ouverts.
Leçon Feng Shui terminée, Zen dans la vie être et paix garder avec toi petite musaraigne.

www.lecomtois.com/zoom/festival-guerreduson.htm

auteur : Tony ArtRite - artrite@hotmail.fr
interview publiée le 04/08/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire